[ Explor’Acteurs ] À la rencontre d’Olivier.

[ Explor’Acteurs ] À la rencontre d’Olivier.

Explore lance le « Explor’Acteurs ! », une série de portraits pour mettre en lumière ceux que l’on ne voit pas (assez) ! À travers cette rubrique, vous allez découvrir qui se cache derrière les projets que vous suivez et soutenez. Une courte interview pour en savoir plus sur celui, celle ou ceux qui s’investissent quotidiennement dans la réussite des explorations.

On démarre cette rubrique avec Olivier, prof de techno au collège Jean Grémillon. Bénévole, il participe depuis bientôt deux ans avec ses classes aux avancées du projet Nomade des Mers. Volonté et ingéniosité leur ont déjà permit de fabriquer un four solaire, un dessalinisateur ou encore un pédalier lowtech ! Ce passionné nous a accordé du temps entre deux cours pour se présenter et nous parler de son métier.

 

« En passant cette journée avec tes élèves, on est conquis par leur curiosité et leur engagement dans la recherche des lowtech. C’est quoi ta recette ? »

La recette ? Y'a pas de recette ! Ou alors toujours la même je crois, et vous la connaissez bien, la sincérité et la conviction, conditions siné qua non à toute transmission.

Peut-être aussi que le fait que ces activités que je propose le midi ne soient en rien obligatoire les rende plus attrayantes ...

 

 « Que dirais-tu à un enseignant qui découvre le projet Nomade des Mers sur les lowtech ? »

C’est un projet très riche tant pour un prof de techno qui va trouver là l'occasion de mettre (remettre) du concret dans son enseignement. Les élèves mettent la ''main à la pâte''. On est en plein dans la démarche d'investigation, on cherche, on conçoit, on réalise, on teste... ensemble ! Le prof souvent part de zéro avec les élèves, on peut s’égarer sur une mauvaise piste, un gamin peut amener une idée nouvelle... on se trouve sur un certain pied d'égalité.

Et puis, et ce n'est pas le moindre aspect, une fenêtre ouverte sur le monde et notamment un monde en difficulté que souvent nos élèves ne soupçonnent pas.

 

 « La dernière fois que tu as été impressionné par les réalisations de tes élèves, c’était dû à quoi ? »

Ceux qui me font plaisir, c’est les gamins étiquetés ''en difficulté'' et qui au travers d'activités comme celle-là se révèlent capables d'initiative, d'autonomie, d'inventivité, de capacité à travailler en groupe... ! Ça donne de l'espoir, et ça peut aussi les valoriser. De plus ses activités où ils s'impliquent peuvent amener un changement sensible dans leur comportement en classe. 

Ce qui finalement me fait revenir sur ta deuxième question, un intérêt de plus, créer un lien autre avec les élèves. Pour finir, et en résumé, ce qui fait que des élèves quand-même parfois m'épatent, c'est l'intérêt et la motivation qu'ils mettent dans ce qu'ils font, et c'est certainement ce qui nous est le plus difficile à faire naître chez-eux.